Travail et vie professionnelle

11 juin 2018

Avant d'aborder notre dernière rencontre...

Eh oui, déjà ! Nous nous retrouverons jeudi 14 juin à 18h30 autour du thème fort à la mode de la responsabilisation, envisagé à partir de trois types de structures : une association, une SCOP et un grand groupe international. Une soirée à ne manquer sous aucun prétexte, et surtout à faire connaitre autour de vous. Merci !

Pour nous remettre dans le sujet, voici notre vidéo fil rouge des trois soirées précédentes... Travail et vie professionnelle

Posté par ITA Travail à 09:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 mai 2018

Le travail, entre rémunération et reconnaissance - Echos des témoignages du 24 avril 2018

1/ Quand on paie le travail, on rémunère quoi exactement ? Du temps, de la compétence, autre chose ?

Il faut distinguer entre la production de biens et l'offre de services. Dans le premier cas, on rémunérera plutôt la performance et l'implication, la cohésion d'équipe... Dans le second, on est aujourd'hui plus focalisé sur le diplôme et le niveau de qualification, avec des barêmes et des grilles ; contrairement à ce qu'on imagine, il y a moins de flexibilité de rémunération dans le secteur des services.

Quand on est stagiaire, la gratification reçue valide le temps passé ; l'entreprise peut y ajouter une reconnaissance du niveau de compétence. 

A l'inverse, on peut finalement renoncer à un premier emploi bien rémunéré, pour s'orienter vers un autre vécu comme plus "utile", quitte à travailler plus et gagner moins. Ne pas être rémunéré simplement pour un diplôme et une présence, mais pour quelque chose de concret, qui dépend directement du travail effectué (agriculture)

Quand on crée soi-même une entreprise, on peut choisir d'autres règles, comme discuter du mode de rémunération avec l'ensemble des personnes concernées, ou se donner d'autres critères que le temps passé, la qualification... Exemple d'une expérience en cours : une entreprise de bâtiment qui recrute des professionnels retraités ayant besoin d'un complément de revenu, et décide d'expérimenter une rémunération variable selon les besoins mensuels de chacun.

A l'occasion d'un changement choisi d'activité, la question de la perte de salaire ne se pose pas, on se demande seulement si on pourra vivre avec ce qu'on va gagner.

La rémunération d'un commercial se compose d'un fixe et d'une grande part variable. Ce qui intéresse l'entreprise, c'est le nombre de contrats signés. Je peux répondre à cette exigence tout en me fixant personnellement l'objectif de satisfaire au mieux le client, et là ça a du sens.

Dans une commune, les propositions faites aux adolescents distinguent clairement ce qui relève du projet collectif choisi par le conseil des jeunes et mis en oeuvre avec un budget alloué par le conseil municipal, et les stages effectués pendant l'été auprès des agents municipaux professionnels qui, eux, font l'objet d'une petite rémunération individuelle.

Avec le bénévolat de compétences, un salarié peut bénéficier d'une partie de son salaire, versé par l'entreprise, tout en travaillant dans une association à laquelle il apporte son temps et ses compétences.

2/ Le bénévolat peut-il être considéré comme du travail gratuit ?

Etre bénévole, c'est donner du temps, mettre des compétences au service des autres... sans rémunération en contrepartie ; en France on considère qu'il y a entre 12 et 14 millions de personnes bénévoles, et 1,1 million d'associations.

Dans les grands réseaux associatifs, l'activité menée par les bénévoles répond à des critères précis, on peut donc considérer que ça reste un travail. Non rémunéré ne veut pas forcément dire gratuit. La reconnaissance accordée à l'action de l'association par ses partenaires, notamment institutionnels, est une forme de rémunération...qui peut se traduire par des subventions. 

Dans le bénévolat, chacun choisit librement son niveau d'engagement.

On peut être bénévole sans être militant ou engagé dans une association particulière, mais plutôt en répondant à des sollicitations qui correspondent à nos compétences. Difficile alors d'éviter la question : est-ce que je ne prends pas la place d'une personne qui aurait pu être salariée pour la même mission ?

Une association, c'est aussi un réseau de gens qui partagent les mêmes valeurs, et peuvent même devenir amis. Cela va bien au-delà du "travail" effectué ensemble. Ce qui donne du sens à une journée de retraité, c'est de savoir qu'on va quand même être utile.

Une activité bénévole peut être très prenante sans être considérée ni vécue comme un travail, même si on emploie souvent le même vocabulaire. Dans le hand, on travaille en équipe, on apprend des techniques, on respecte des règles, on se forme pour entrainer des sportifs d'âges différents, ou pour être arbitre, on forme aussi son successeur pour que l'équipe continue... Mais la motivation vient de la passion pour ce sport, de l'envie de voir des jeunes grandir et progresser. 

3/ Peut-il y avoir de la gratuité dans le travail ?

Quand on démarre une activité, on est souvent tenté d'en faire plus, pour passer le cap de la période d'essai, pour convaincre... On peut considérer cela comme du travail gratuit.

Quand on aime, on ne compte pas ses heures.

La gratuité, on ne me l'a pas demandée, c'est moi qui l'ai proposée.

Travailler, c'est aussi s'épanouir, se réaliser.

La gratuité, c'est une question personnelle.

Quand on arrive à distinguer rémunération et besoin de consommation, on peut remettre l'argent à une autre place. Mais cela suppose d'atteindre un minimum de sécurité.

La gratuité est plus facile à envisager quand on reçoit et qu'on donne.

Les privilégiés ont le choix ; ceux qui font un boulot alimentaire, c'est autre chose.

Posté par ITA Travail à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mai 2018

Le bénévolat, travail gratuit ou désir de gratuité ?

La soirée du 24 avril a pris une forme légèrement différente de nos rendez-vous précédents : pour que toutes les générations dites "actives" soient bien représentées, une bonne douzaine de témoins se sont succédés pour nous partager chacun une expérience. Et pour les accompagner dans cet exercice personnel toujours intimidant, quatre jeunes animateurs ont donné à la soirée un rythme plus proche de celui auquel ils sont habitués.

Expérience concluante pour tous, si l'on en croit les évaluations recueillies, et particulièrement pour son climat de bienveillance et la diversité des expériences évoquées.

Rien de changé par contre pour le temps du repas partagé, en tables rondes : il reste un temps fort de chaque soirée, celui où chacun peut faire connaissance des autres participants et s'exprimer librement à partir d'un fil rouge : Dans une organisation de travail, comment trouver un équilibre entre engagement contractuel et gratuité ?

Je remercie les secrétaires bénévoles qui ont accepté de prendre quelques notes de ces échanges, dont voici les grandes lignes :

1. Gratuité 
-  Le don de temps est rarement source de rémunération pécuniaire ;
-  La reconnaissance dans ce que l’on fait peut être un moteur pour l’action, qu’elle soit rémunérée ou non, contractualisée ou non ;
-  Nous vivons dans une société où les rapports humains sont de plus en plus financiarisés, avons-nous perdu la notion de gratuité ?
-  Quand on parle de gratuité, on pense immédiatement bénévolat ;
-  La gratuité, serait-ce recevoir des autres plus qu’on ne donne ?
-  C’est une notion totalement personnelle, que chacun vit différemment ;
-  Se donner est une manière de vivre ;
-  L’engagement contractuel n’est pas associé a priori avec la gratuité ;
-  On retrouve de la gratuité, même contre rémunération
-  L’équilibre entre travail professionnel, activité bénévole et vie privée est difficile à trouver ; ça se discute avec le conjoint ;
-  Lien entre gratuité et éducation à l’engagement ?
-  Nous ne sommes pas tous égaux devant la rémunération ; Qu’en est-il du partage des richesses ? Comment ne pas être esclave de l’argent ?
-  Alliance et contrat.

2. Recherche du sens
-  On donne son temps quand on cherche du sens ;
-  Qu’est-ce que ça veut dire « faire un travail qui a du sens » ?
-  Il y a une différence entre travail et activité, mais on peut vivre son travail comme une activité. 

3. Liberté
-  Intelligence collective, économie collaborative ;
-  Les entreprises « libérées » ;
-  Le mouvement Bleu Blanc Zèbre

page1image1598448
4. Bénévole
-  Quel statut dans la société ?
-  Quel parcours professionnel et personnel ?
-  A quel moment le bénévolat peut-il remplacer le travail ?
-  Jusqu’où doit-on aller dans le bénévolat pour ne pas concurrencer la création d’emploi ?
-  Rôle des réseaux de bénévoles ;
-  Savoir dire merci, bienveillance à l’égard des bénévoles ;
-  Responsabilité civile et pénale parfois lourde pour les dirigeants associatifs. 

 

 

 

Posté par ITA Travail à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2018

Pourquoi venir parler travail avec d'autres ?

Nos intervenants des soirées précédentes le disent bien mieux que nous !

A regarder d'urgence sur la WebTV du diocèse.

N'oubliez pas d'en parler aussi autour de vous ; c'est par la diversité des expériences apportées par les participants que grandit la richesse de nos échanges et que s'élargit notre regard.

Posté par ITA Travail à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 avril 2018

Un peu de lecture en attendant notre prochaine rencontre

Parler de son métier...pas toujours facile, avouons-le, et pourtant quelle mine d'informations pour les autres quand quelqu'un ose se lancer !

Forts de ce constat, deux enseignants ont décidé d'entreprendre une nouvelle aventure en créant la coopérative Dire Le Travail. Leur objectif : faire parler du travail dans le cadre d'ateliers et de formations, et contribuer ainsi "à la reconnaissance et à la dignité de celles et ceux qui le font".

Leur premier ouvrage peut donner des idées aux jeunes qui cherchent un métier, comme à ceux qui les accompagnent. Les futurs témoins de nos soirées y puiseront peut-être le courage de prendre à leur tour la parole pour nous.

"Vous faites quoi dans la vie ?", Patrice BRIDE et Pierre MADIOT, Les Editions de l'Atelier, 2017

Posté par ITA Travail à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 mars 2018

Prochain rendez-vous le 24 avril

Rendez-vous à partir de 18h15 au CDP - 133 avenue de la République à Clermont (parking ou tram/arrêt Gravière)

Thème général : Sommes-nous prêts à travailler gratuitement ?

Trois grands axes ont été retenus pour conduire notre réflexion :
- Quand on paie le travail aujourd'hui, que rémunère-t-on exactement ? (du temps, de la compétence, autre chose...)
- Le bénévolat peut-il être considéré comme du travail gratuit ?
- Peut-il y avoir de la gratuité dans le travail ? 

Les témoignages prendront la forme d'une succession rapide d'interventions courtes, illustrant chacune très concrètement un aspect de la relation travail - argent - gratuité. Et vous pourrez, comme les fois précédentes, poursuivre les échanges avec les témoins et les autres participants autour d'une vraie table ronde et d'un repas partagé.

Pensez à vous inscrire par mail auprès du secrétariat de l'ITA / ita@itaclermont (c'est important notamment pour commander les repas) Participation aux frais : 10 euros / 5 pour les étudiants et les chômeurs.

N'oubliez pas non plus d'inviter autour de vous et d'organiser un covoiturage avec vos amis ou collègues de travail.

Merci et à bientôt !

Posté par ITA Travail à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2018

Pour ceux qui auraient raté les épisodes précédents

Le magazine mensuel "Les Nouvelles du Diocèse" vient de consacrer deux pleines pages à la présentation du cycle Travail et Vie, à retrouver ici : 20180321102539

Posté par ITA Travail à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mars 2018

Sources de bien-être

bien-être

 

Ce graphique est issu de l'enquête réalisée par la Mission ouvrière, à retrouver sur ce blog

 

Posté par ITA Travail à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Facteurs de stress

stress

 

 

Ce graphique est extrait de l'enquête réalisée par la Mission ouvrière, à retrouver sur ce blog.

Posté par ITA Travail à 12:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La soirée du 8 février en quelques mots... et en vidéo

L'essentiel en quelques minutes grâce à la webTV du diocèse de Clermont, à retrouver ICI

Pour retrouver l'intégralité des témoignages, rendez-vous sur le site de l'ITA

Posté par ITA Travail à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]